Dépistage du VIH chez les professionnel(le)s du sexe

Export Indicator

Pourcentage de professionnel(le)s du sexe qui vivent avec le VIH
What it measures

Il évalue les progrès réalisés dans la réduction de la prévalence du VIH parmi les professionnel(le)s du sexe.

Rationale

Les professionnel(le)s du sexe présentent habituellement la prévalence du VIH la plus élevée dans les pays touchés par des épidémies concentrées ou généralisées. Dans de nombreux cas, la prévalence parmi ces populations peut être plus de deux fois supérieure à celle observée dans l’ensemble de la population. La réduction de la prévalence parmi les professionnel(le)s du sexe constitue une mesure essentielle de la riposte nationale au VIH.
Les pays où l’on observe des épidémies généralisées peuvent également présenter une sous-épidémie concentrée sur les professionnel(le)s du sexe. Dans ce cas, il convient de calculer et de transmettre l’indicateur pour cette population.

Numerator

Nombre de professionnel(le)s du sexe ayant subi un test de dépistage du VIH et dont le résultat est positif

Denominator

Nombre de professionnel(le)s du sexe ayant subi un test de dépistage du VIH

Calculation

Numérateur / Dénominateur

Method of measurement

Groupe de travail de l’OMS/ONUSIDA sur la surveillance mondiale du VIH/sida et des IST : Directives pour la surveillance des populations les plus exposées
au VIH (OMS/ONUSIDA, 2011)
Cet indicateur est calculé à l’aide des données rassemblées lors de tests de dépistage du VIH pratiqués sur les personnes interrogées au niveau du ou des principaux sites sentinelles.
Les sites de surveillance sentinelle utilisés pour mesurer cet indicateur doivent rester les mêmes afin de permettre un suivi cohérent dans le temps.

Fréquence de mesure:
Annuelle

Ventilation:
■ Sexe (femme, homme, transgenre)
■ Âge (

Measurement frequency

Annual

Disaggregation

Age group: (greater than) 25 years

Gender: Female, Male

Explanation of the numerator
Explanation of the denominator
Strengths and weaknesses

Théoriquement, pour évaluer les progrès réalisés dans la réduction des nouvelles infections, il est préférable de suivre l’évolution de l’incidence dans le temps. Dans la pratique toutefois, les données disponibles couvrent généralement la prévalence plutôt que l’incidence. Lors de l’analyse de la prévalence parmi les professionnel(le)s du sexe en vue d’évaluer l’impact d’un programme de prévention, mieux vaut éviter de se cantonner aux jeunes. Il est préférable de transmettre des données sur toutes les personnes ayant récemment adopté des comportements à risque, par exemple, en limitant l’analyse aux personnes qui pratiquent le commerce du sexe depuis moins d’un an. Ce type d’analyse restreinte présente également l’avantage de ne pas être affecté par l’impact du traitement antirétroviral, lequel prolonge la période de survie et donc la prévalence.
Lorsque des estimations ventilées de la prévalence du VIH chez les professionnel(le)s du sexe sont disponibles pour des périodes supérieures et inférieures à un an, les États membres sont vivement encouragés à faire état de cette ventilation dans leur rapport national, et à utiliser les zones réservées aux observations pour transmettre ces estimations ventilées.
En raison des difficultés rencontrées pour établir le contact avec les professionnel(le)s du sexe, le nombre de distorsions relatives aux données de sérosurveillance est susceptible d’être beaucoup plus élevé que pour les données concernant un ensemble plus large de la population, comme les femmes fréquentant les dispensaires prénatals. Si l’on doute de la représentativité des données, il est nécessaire d’en tenir compte lors de leur interprétation.
Pour interpréter cet indicateur, il est essentiel de bien connaître la relation entre les populations échantillonnées et les populations plus larges qui ont des comportements à risque similaires. La période au cours de laquelle des personnes font partie de l’un des groupes de population les plus à risque est plus étroitement associée au risque de contracter le VIH que l’âge. Il est donc souhaitable de ne pas limiter l’analyse aux jeunes, mais de s’intéresser à d’autres groupes d’âge également.
En matière de prévalence du VIH parmi les professionnel(le)s du sexe dans la capitale, les tendances fourniront des indications utiles concernant les résultats du programme de prévention du VIH dans cette ville. Elles ne seront toutefois pas représentatives de la situation dans l'ensemble du pays.
L’ajout de nouveaux sites sentinelles augmente la représentativité des échantillons et la solidité de l’estimation de la prévalence du VIH, mais réduit également la comparabilité des chiffres. Cependant, l'ajout de nouveaux sites sentinelles réduit la comparabilité des chiffres Il importe donc de toujours utiliser les mêmes sites pour l’analyse des tendances.
S'il s'agit de données infranationales, veuillez indiquer, dans la zone réservée aux commentaires, la ventilation par zone administrative. Veuillez transmettre, à l'aide de l'outil de téléchargement, la version numérisée de tout rapport d'enquête disponible.
Plusieurs pays ont précédemment communiqué la prévalence du VIH chez les femmes transgenres via les zones réservées aux observations de l’outil de reporting RARSM. Ceci démontre que l’information peut être obtenue dans différents contextes.

Further information

Pour toute information supplémentaire, prière de consulter les sites suivants :
http://www.unaids.org/en/HIV_data/Methodology/default.asp
Directives révisées pour la surveillance des populations les plus exposées au VIH : Groupe de travail de l’OMS/ONUSIDA sur la surveillance mondiale du VIH/sida et des IST : Directives pour la surveillance des populations les plus exposées au VIH. Genève, ONUSIDA, 2011 (http://www.unaids.org/en/media/unaids)
contentassets/documents/epidemiology/2011/20110518_Surveillance_among_most_at_risk.pdf
Operational Guidelines for Monitoring and Evaluation of HIV Programmes for Sex Workers,
Men who have Sex with Men, and Transgender People. Évaluation de la MESURE
(www.cpc.unc.edu/measure/publications/ms-11-49a).