Traitement du VIH : thérapie antirétrovirale

Export Indicator

Pourcentage d’adultes et d’enfants dont l’infection à VIH est parvenue à un stade avancé qui reçoivent des antirétroviraux
What it measures

Evaluer les progrès réalisés dans la mise à disposition d’un traitement basé sur une association d’antirétroviraux à toutes les personnes présentant une infection à VIH parvenue à un stade avancé

A mesure que la pandémie de VIH arrive à maturité, un nombre croissant de personnes se retrouvent à des stades avancés de l’infection. La thérapie antirétrovirale a démontré sa capacité à réduire la mortalité chez les personnes séropositives et des efforts sont actuellement déployés par la rendre plus abordable fi nancièrement dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le traitement basé sur une association d’antirétroviraux devrait toujours être dispensé conjointement avec des services plus étendus de soins et de soutien, y compris de conseils pour les soignants qui s’occupent d’un membre de la famille.

Rationale
Numerator

Nombre d’adultes et d’enfants atteints d’infection à VIH parvenue à un stade avancé et recevant actuellement une association d’antirétroviraux conformément au protocole de traitement approuvé au plan national (ou aux normes de l’OMS/ONUSIDA) à la fi n de la période d’établissement des rapports
Le numérateur peut être déterminé en comptant le nombre d’adultes et d’enfants ayant reçu une association d’antirétroviraux à la fi n de la période d’établissement des rapports.

Le numérateur doit être égal au nombre d’adultes et d’enfants atteints d’infection à VIH parvenue à un stade avancé ayant déjà entrepris un traitement antirétroviral, moins le nombre de patients qui n’étaient plus sous traitement avant la fi n de la période d’établissement des rapports. Les patients qui ne sont plus actuellement sous traitement, autrement dit ceux qui ont été exclus du numérateur, sont les patients décédés, ceux qui ont arrêté le traitement ou ceux dont on a perdu la trace.

Lors de leur visite médicale, certains patients emportent des antirétroviraux pour les sept mois suivants. Ces médicaments peuvent donc correspondre à un traitement effectivement suivi pendant les derniers mois de la période d’établissement des rapports. En revanche, la visite ne sera pas nécessairement
répertoriée au même moment. Il importe donc de tenir compte de ce décalage, car ces patients doivent être inclus dans le numérateur.

Les antirétroviraux administrés dans le but de prévenir la transmission mère-enfant et pour la prophylaxie post-exposition ne sont pas inclus dans cet indicateur. Par contre, les femmes enceintes séropositives, qui sont sous antirétroviraux pour leur propre traitement, sont incluses dans cet indicateur.

Le nombre d’adultes et d’enfants atteints d’infection à VIH parvenue à un stade avancé actuellement sous antirétroviraux s’obtient par le biais des données recueillies dans les registres de traitement antirétroviral des établissements de santé ou auprès des systèmes de gestion des approvisionnements en médicaments. Ces données sont ensuite décomptées puis transférées dans les différents rapports ponctuels mensuels ou trimestriels pour être ensuite agrégées dans les totaux nationaux.

Les patients sous antirétroviraux des secteurs privé ou public doivent tous être inclus dans le numérateur, pour autant que des données les concernant soient disponibles.

Denominator

Nombre estimatif d’adultes et d’enfants atteints d’infection à VIH parvenue à un stade avancé

Le dénominateur est établi en estimant le nombre de personnes présentant une infection à VIH parvenue à un stade avancé ayant besoin/justiciables d’un traitement antirétroviral. Cette estimation doit tenir compte de divers facteurs dont, notamment mais pas uniquement, le nombre actuel
de personnes vivant avec le VIH, le nombre actuel de patients sous antirétroviraux, et l’historique du VIH de l’infection à l’accès à la thérapie antirétrovirale.

Les estimations relatives au dénominateur sont le plus souvent fondées sur les dernières données fournies par les enquêtes de surveillance sentinelle à l’aide d’un modèle d’estimation de la prévalence du VIH tels que Spectrum. Pour de plus amples informations sur les estimations du VIH et l’utilisation de Spectrum, s’adresser au Groupe de référence ONUSIDA/OMS sur les estimations, modèles et projections5.

Le besoin ou le fait d’être justiciable du traitement antirétroviral doivent être conformes aux défi nitions que l’OMS donne de l’infection à VIH (y compris le sida) parvenue à un stade avancé chez les adultes et les enfants

Calculation

Numérateur/Dénominateur

Method of measurement

Le suivi du programme et la surveillance du VIH

Pour le numérateur : les registres de thérapie antirétrovirale de l’établissement ou du système de gestion de l’approvisionnement pharmaceutique. Pour le dénominateur : les modèles d’estimation de la prévalence du VIH tels que Spectrum

Measurement frequency

Continuously

Disaggregation

Age group: (greater than) 15 years

Condom type: N/A

Education: N/A

Gender: Male, Female

Geographic location: N/A

HIV status: N/A

Pregnancy status: N/A

Sector: N/A

Service Type: N/A

Target: N/A

Time period: N/A

Type of orphan: N/A

Vulnerability status: N/A

Explanation of the numerator
Explanation of the denominator
Strengths and weaknesses

L’indicateur permet de suivre les tendances de la couverture, mais il ne cherche pas à faire de distinction entre les différentes formes de traitement antirétroviral ni à mesurer le coût, la qualité ou l’effi cacité des traitements dispensés.
Ceux-ci varieront au sein même d’un pays et d’un pays à l’autre, et sont susceptibles d’évoluer avec le temps.

La proportion de personnes ayant besoin d’antirétroviraux varie en fonction du stade de développement de l’épidémie elle-même et de l’effet cumulé de la couverture et de l’effi cacité du traitement (association d’antirétroviraux) chez les adultes et les enfants.

Le degré d’utilisation d’un traitement antirétroviral dépendra de son coût par rapport aux revenus locaux, des infrastructures existantes pour la prestation des services et de leur qualité, de la disponibilité et de la fréquentation des services de conseil et test volontaires, des perceptions de l’effi cacité et des éventuels effets secondaires du traitement.

Further information