Scolarisation des orphelins

Export Indicator

Ratio de scolarisation actuelle entre orphelins et enfants non orphelins, âgés de 10 à 14 ans
What it measures

Evaluer les progrès réalisés pour prévenir un désavantage relatif en matière de scolarisation des enfants rendus orphelins par rapport aux enfants non orphelins

Le sida coûte la vie à un nombre toujours croissant d’adultes au moment même où ils fondent une famille et élèvent des enfants. Il en résulte que la prévalence des orphelins augmente régulièrement dans de nombreux pays et le fait qu’il y ait parallèlement moins de parents dans la force de l’âge signifi e que les enfants devenus orphelins sont confrontés à un avenir de plus en plus incertain. L’enfant orphelin est fréquemment victime de préjugés et d’une pauvreté accrue – deux facteurs susceptibles de compromettre davantage les chances d’un enfant de parvenir au terme de sa scolarité et qui peuvent l’inciter à adopter des stratégies de survie qui augmentent sa vulnérabilité au VIH. Il est donc important de suivre à quel point les programmes de soutien en rapport avec le sida parviennent à garantir une scolarité aux enfants rendus orphelins.

Rationale
Numerator

Partie A : Taux actuel de fréquentation scolaire des orphelins de 10 à 14 ans. Nombre d’enfants dont les deux parents sont en vie, qui vivent avec au moins l’un d’entre eux et qui fréquentent l’école.

Partie B : Taux actuel de fréquentation scolaire des enfants de 10 à 14 ans dont les deux parents sont en vie et qui vivent avec au moins l’un d’entre eux. Nombre d’enfants dont les deux parents sont en vie, qui vivent avec au moins l’un d’entre eux et qui fréquentent l’école.

Denominator

Partie A : Taux actuel de fréquentation scolaire des orphelins de 10 à 14 ans. Nombre d’enfants qui ont perdu leurs deux parents.
Partie B : Taux actuel de fréquentation scolaire des enfants de 10 à 14 ans dont les deux parents sont en vie et qui vivent avec au moins l’un d’entre eux. Nombre d’enfants dont les deux parents sont en vie et qui vivent avec au moins l’un d’entre eux

Calculation
Method of measurement

Pour tout enfant de 10 à 14 ans vivant dans un foyer, on pose à un membre du foyer les questions suivantes :
1. La mère biologique de cet enfant est-elle toujours en vie ? Si oui, vit-elle sous votre toit ?
2. Le père biologique de cet enfant est-il toujours en vie ? Si oui, vit-il sous votre toit ?
3. Cet enfant a-t-il fréquenté l’école à un moment quelconque durant l’année scolaire ?

Measurement frequency

Biennial

Disaggregation

Condom type: N/A

Education: N/A

Gender: Male, Female

Geographic location: N/A

HIV status: N/A

Pregnancy status: N/A

Sector: N/A

Service Type: N/A

Target: N/A

Time period: N/A

Type of orphan: N/A

Type/Timing of testing: N/A

Vulnerability status: N/A

Explanation of the numerator
Explanation of the denominator
Strengths and weaknesses

Les défi nitions relatives à l’enfant orphelin et à l’enfant non orphelin utilisées ici, c’est-à-dire relatives aux enfants âgés de 10 à 14 ans lors de leur dernier anniversaire dont les deux parents sont décédés / sont encore en vie – ont été choisies afi n que l’effet maximal du désavantage résultant du fait d’être orphelin puisse être établi et suivi dans le temps. On utilise la tranche d’âge 10-14 ans parce que dans le cas des orphelins plus jeunes, il est probable que les parents sont très récemment décédés et qu’ainsi, tout effet préjudiciable sur leur éducation n’a pas eu le temps de se matérialiser. Toutefois, les orphelins sont en général plus âgés que les enfants qui ont encore leurs parents (car il est fréquent que les parents des enfants plus jeunes sont infectés par le VIH depuis moins longtemps) et les enfants plus âgés sont plus susceptibles d’avoir déjà quitté l’école.

Les données utilisées pour mesurer cet indicateur proviennent le plus souvent d’enquêtes sur les ménages. Les enfants non couverts par ces enquêtes – parce qu’ils vivent dans des institutions ou dans la rue - sont en général moins bien lotis et plus susceptibles d’être orphelins. Ainsi, l’indicateur tendra à sous-estimer le désavantage relatif en matière de scolarisation dont pâtissent les orphelins.

L’indicateur ne fait pas de distinction entre les enfants dont les parents sont morts du sida et ceux qui ont perdu leurs parents pour d’autres raisons. Dans les pays où l’épidémie est peu importante ou encore à ses débuts, les orphelins auront pour la plupart perdu leurs parents en raison de causes non liées au VIH. Toute différence dans la prise en charge des orphelins en raison de la cause connue ou suspectée du décès de leurs parents pourrait infl uencer les tendances de l’indicateur. A ce jour pourtant, on ne dénombre que peu d’éléments soulignant le caractère courant de telles différences.

L’indicateur ne fournit aucune information sur le nombre réel d’enfants orphelins. Circonscrire le nombre d’enfants considérés à ceux orphelins des deux parents et âgés exclusivement de 10 à 14 ans signifi e que dans le cas des pays où l’épidémie se maintient à un faible niveau ou ne se trouve qu’à un stade initial, les estimations établies ne pourront concerner qu’un petit nombre d’enfants

Further information