Nombre d’hommes annuellement circoncis volontairement

Export Indicator

Nombre de circoncisions masculines effectuées conformément aux normes nationales au cours des 12 derniers mois
What it measures

Progrès accomplis dans le passage à l'échelle des services de circoncision masculine

Rationale

Il a clairement été démontré que la circoncision masculine réduit d’environ 60 % le risque, pour les hommes, d’être infectés par le VIH lors de rapports hétérosexuels. Trois essais contrôlés et randomisés ont montré que la circoncision masculine pratiquée par des professionnels de la santé formés et dans un cadre équipé de manière adéquate est sûre et réduit le risque d’acquisition du VIH. Dans leurs recommandations, l’OMS et l’ONUSIDA soulignent que la circoncision masculine constitue une intervention efficace de prévention du VIH dans les pays et les régions touchées par des épidémies hétérosexuelles où la prévalence du VIH est élevée et la circoncision masculine peu répandue.

Numerator

Nombre d’hommes ayant été circoncis au cours des 12 derniers mois conformément aux normes nationales

Denominator

Ne s'applique pas

Calculation

Ne s'applique pas

Method of measurement

Registres des établissements de santé et formulaires de notification, données des programmes, système d’information sanitaire

Measurement frequency

Annuelle

Disaggregation
  • Âge (<1, 1-9, 10-14, 15-19, 20-24, 25-49 et 50+)
  • Villes et autres zones administratives d’importance
Additional information requested

Veuillez fournir des données sur les villes pour cet indicateur. Le formulaire de saisie des données comporte un espace prévu afin de fournir des informations concernant la capitale et une ou deux autres villes importantes d’un point de vue épidémiologique, comme celles qui sont le plus touchées par le VIH ou qui se sont engagées à mettre fin au sida d’ici 2030. 

Strengths and weaknesses

Le nombre total de circoncisions masculines pratiquées chez les hommes et chez les garçons peut indiquer un changement au niveau soit de l’offre soit de la demande de services. La comparaison des résultats avec les valeurs précédentes fait apparaître les endroits où les services de circoncision masculine ont récemment été implantés ainsi que les endroits où le volume de circoncisions masculines a changé.

Il est conseillé de procéder à des ventilations supplémentaires au niveau du pays :

  • Test(s) VIH positif(s) sur place, test(s) VIH négatif(s) sur place, résultats du ou des tests réalisés sur place indéterminés, test du VIH inconnu/refusé
  • Type et situation géographique de l’établissement de santé ; et 
  • qualifications de la personne ayant pratiqué la circoncision

La ventilation du nombre de circoncisions masculines selon le statut VIH et l’âge permet, grâce à une modélisation, de déterminer l’impact des programmes de circoncision masculine sur l’incidence du VIH. Si un pays accorde la priorité à certaines tranches d’âge, cette ventilation aidera à déterminer si les stratégies de communication spécifiques à l’âge créent de la demande. En outre, si les données sont disponibles selon le type et la situation géographique de l’établissement de santé dans lequel la circoncision a été pratiquée, les besoins peuvent être évalués en termes d’allocation des ressources. Enfin, la ventilation des données selon les qualifications de la personne ayant pratiqué la circoncision permettra de déterminer si les efforts visant à déléguer les tâches portent leurs fruits et donc la nature des ressources à allouer.

Certains programmes travailleront en étroite collaboration avec les services de dépistage volontaire du VIH afin de fournir des services de dépistage du VIH. Il est possible qu’un patient souhaitant être circoncis ait récemment été dépisté et qu’il soit donc inutile de pratiquer un test sur place. Dans ce cas, une attestation du résultat pourra être demandée par l’établissement afin de vérifier la sérologie pour le VIH. Il n’existe pas de durée déterminée avant laquelle le test doit avoir été réalisé pour pratiquer la circoncision masculine, mais une période de trois mois au maximum est suggérée. Le but du dépistage n’est pas d’identifier tous les hommes susceptibles d’être infectés par le VIH, mais de dépister les hommes en quête de soins et d’identifier les hommes vivant avec le VIH qui, s’ils choisissent d’être circoncis, ont plus de risques d’avoir des complications chirurgicales, à savoir les hommes qui ont des infections chroniques et de faibles taux de CD4.

Further information

Un guide des indicateurs pour les programmes de circoncision masculine dans les anciens systèmes de soins. Genève : Organisation mondiale de la santé et ONUSIDA; 2009 (http://whqlibdoc.who.int/publications/2009/9789241598262_eng.pdf).

Tags