Nombre d’établissements de santé qui dispensent des traitements antirétroviraux

Export Indicator

Nombre d’établissements de santé qui dispensent des traitements antirétroviraux
What it measures

Nombre d'établissements de santé qui dispensent des traitements antirétroviraux (les prescrivent et/ou assurent le suivi clinique)
La capacité des établissements de santé à dispenser des antirétroviraux, exprimée en pourcentage des établissements de santé qui dispensent des antirétroviraux (les prescrivent et/assurent le suivi clinique).
Les établissements de santé incluent les établissements publics et privés, les centres de santé et les centres de soins (y compris les centres de soins pour la tuberculose), ainsi que les établissements de santé qui sont dirigés par des organisations confessionnelles ou non gouvernementales.

La thérapie antirétrovirale (TAR) est la pierre angulaire d’un traitement efficace contre le VIH, et la mesure du pourcentage des établissements de santé qui la dispensent apporte des informations précieuses sur la disponibilité des antirétroviraux.

Rationale
Numerator
Denominator
Calculation
Method of measurement

Le numérateur est calculé en totalisant le nombre d’établissements de santé qui rendent compte de la disponibilité des services de dispensation des thérapies antirétrovirales. L’information sur la disponibilité des services spécifiques est habituellement stockée au niveau national ou au niveau sous-national. Les programmes nationaux de lutte contre le sida devraient conserver des données sur tous les établissements qui dispensent les services en lien avec la thérapie antirétrovirale.
Un recensement ou une enquête sur les établissements de santé peuvent également apporter ces informations, parallèlement à des informations plus approfondies sur les services disponibles, à condition que ces informations soient collectées à partir d’un échantillon représentatif de ces établissements dans le pays. Les réponses à une série de questions permettent de déterminer si les prestataires de soins dans ces établissements dispensent les thérapies antirétrovirales directement (les prescrivent et/ou assurent le suivi clinique), ou réorientent les patients vers d’autres établissements pour qu’ils obtiennent ces services. De plus, les comptes rendus des établissements documentant le statut actuel de l’offre de services doivent être consultés.
Une des limites potentielles des enquêtes ou des recensements dans les établissements est qu’ils sont habituellement espacés dans le temps. Les pays doivent régulièrement mettre à jour les compte-rendus de leurs programmes en ce qui concerne les établissements de santé dispensant des thérapies antirétrovirales, et compléter ces données par celles obtenues grâce à une enquête en lieux de soins ou un recensement, même espacés de quelques années.

Pour les enquêtes ou les recensements dans les établissements, des outils tels que l’Évaluation de la Fourniture des Services (SPA) ou la Cartographie de la Disponibilité des Services (SAM) peuvent être employés.

Secteur : public, privé

Contrôle de qualité des données et informations pour remplir le Formulaire de Rapport
• Merci de nous indiquer si les données rapportées proviennent d’un registre d’établissement ou d’un recensement national, ou d’une enquête. Si les données du secteur privé ou d’autres secteurs sont indisponibles, merci de nous l’indiquer.
Merci de communiquer toute information additionnelle sur la répartition géographique des établissements dispensant les thérapies antirétrovirales (par ex. zones urbaines/rurales, pourcentage des établissements avec les thérapies antirétrovirales dans des régions à forte concentration de PVVIH).

Measurement frequency
Disaggregation
Explanation of the numerator
Explanation of the denominator
Strengths and weaknesses

Cet indicateur apporte une information précieuse sur la disponibilité des services pour la thérapie antirétrovirale dans les établissements de santé, mais ne saisit pas l’information sur la qualité de ces services. La thérapie antirétrovirale en soi est complexe, et doit être dispensée en étant accompagnée d’autres interventions comme la prophylaxie par cotrimoxazole, la gestion des maladies opportunistes et les co-morbidités, le soutien nutritionnel et les soins palliatifs. Le seul suivi de la disponibilité des thérapies antirétrovirales ne garantit pas que tous les services qui les accompagnent soient dispensés de manière appropriée à ceux qui en ont besoin. Il est néanmoins important de connaître le pourcentage d’établissements qui dispensent ces services en vue d’une planification de leur extension en réponse aux besoins, et vers les objectifs de l’Accès Universel.

Autres facteurs à prendre en compte
• Une des stratégies d’extension des services de thérapies antirétrovirales consiste à rendre ces thérapies disponibles dans un nombre plus important d’établissements de santé. Cet objectif peut être atteint à travers une décentralisation des services de thérapies antirétrovirales, des établissements tertiaires (par ex. les hôpitaux) vers des établissements de niveau primaire ou secondaire. Une plus grande disponibilité des services de dispensation des thérapies antirétrovirales est une contribution essentielle aux progrès des objectifs d’un accès universel aux traitements du VIH en 2010.
• Selon le type d’épidémie dans le pays, le dénominateur peut ne pas être aussi pertinent si la stratégie des programmes nationaux de lute contre le sida vise à cibler un nombre limité de sites de dispensation des thérapies antirétrovirales. De plus, le dénominateur peut ne pas être suffisamment précis pour permettre un calcul fidèle de la proportion. Cependant la tendance du numérateur (ou l’évolution du nombre de services qui dispensent des thérapies antirétrovirales) est une information clé par elle-même pour documenter le rythme de passage à l’échelle)

Utilisation des données
Pour observer les progrès en nombre et pourcentage des établissements de santé qui dispensent les thérapies antirétrovirales. Analyser les données en fonction de la répartition géographique et par type d’établissement de santé, et les trianguler avec les estimations de la densité du VIH peut donner un aperçu des lieux où il y a nécessité d’accroître la disponibilité des services des thérapies antirétrovirales.

Further information